A Siguiri, les fidèles campent sur leur position : «Nous allons prier»

 A Siguiri, les fidèles campent sur leur position : «Nous allons prier»

La décision du Secrétaire général aux affaires religieuses interdisant les prières nocturnes dans les mosquées sur toute l’étendue du territoire national, a été mal accueilli dans la commune urbaine de Siguiri.

Quelques heures après la publication de ladite décision, ce lundi 03 mai, des fidèles ont envahi la rue nuitamment pour disent-ils protester contre cette mesure des autorités guinéennes.

Selon le constat fait par notre reporter basé dans la région, plusieurs édifices ont été la cible des manifestants notamment le commissariat de police et la résidence du préfet.

Un responsable religieux qui a préféré gardé l’anonymat, explique les raisons qui ont poussé les fidèles musulmans à envahir la rue pour dénoncer la décision.

«L’année dernière le gouvernement en complicité avec le Secrétariat général aux affaires religieuse et l’Anss, lesmosquées ont été fermées interdisant également les prières nocturnes. Cette année aussi c’est le mêmes scénario. Donc, il faut que ça cesse, c’est une mauvaise politique. Même cette nuit nous allons prier dans nos mosquées. S’il veulent il n’ont qu’à nous jeter des grenades lacrymogènes», a-t-il souligné.

Pour sa part, Lanciné Ipack Diakité dénonce le retard des autorités face à certains faits.

«C’est une décision venue de la présidence et du Secrétariat général mais le problème est que le gouvernement est venu en retard. De toutes les façons, l’État reste le grand maître et il doit protéger la population contre toute forme de maladie».

Interrogé, le commissaire central de la police de Siguiri, colonel Bakary Diawara revient sur le bilan de la journée d’hier. Plus loin, L’officier de police s’interroge sur la part de responsabilité de la police dans cette affaire

«Les manifestants se sont attaqués à nos installations suite à l’interdiction des prières nocturnes, mais quel est notre part de responsabilité dans cette décision. Les vitres et notre véhicule de patrouille ont été endommagés», a-t-il déclaré.

Selon une source proche de la préfecture, le préfet colonel Moussa Condé aurait passé la nuit du lundi au Bataillon d’infanterie de Siguiri.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que malgré l’intervention du grand imam, par ailleurs secrétaire général de la ligue islamique préfectorale, les citoyens restent catégoriques et décident de poursuivre les prières nocturnes dans les mosquées.

Billy Nankouman Keita, correspondant de Guinee360

Source link

Guinee Actus

Articles similaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *